Qui suis-je ?

Retour en arrière… Nous sommes en 2007, j’ai 22 ans et suis étudiante en psychologie. Une période heureuse où je décide de me marier pour l’être encore plus. J’ai fait la rencontre d’un homme pieux, bienveillant, ouvert et sensible ma cha Allah. Et pour couronner le tout, il me fait rire comme personne ! J’observe son comportement et trouve qu’il a de belles valeurs malgré le fait que nous n’en ayons pas discuté explicitement. Nous avons créé une belle complicité et sommes confiants dans l’avenir. Nos familles se découvrent et s’entendent bien. Il me semble être le profil idéal pour « compléter ma religion » et fonder une famille.

Quelle surprise de découvrir que, quelques mois après notre mariage, notre relation s’est dégradée. Nous ne comprenons pas ce qui nous est arrivé : incompréhension, disputes fréquentes pour des broutilles, malentendus, attitudes défensives et fierté mal placée… rythment notre quotidien. Nos personnalités s’opposent et nous devenons presque 2 ennemis prêts à riposter à la moindre attaque !

Un an après, nous avons perdu notre complicité d’antan et avons oublié ce qui nous avait réuni au départ. Ce que nous aimions chez l’autre s’était transformé en défauts que nous ne supportions plus. Nous avions l’impression d’avoir fait le mauvais choix et étions malheureux ensemble. Nous décidons finalement de nous séparer avant de nous détruire mutuellement.

Nos familles respectives ne comprennent pas cette décision car nous sommes individuellement de belles personnes. Nous avions nos défauts mais aucun « gros problèmes » apparent. Ils se sentent démunis et ne savent pas comment nous aider.

Après avoir pris du recul, je me rends compte que beaucoup de couples autour de moi vivent le même genre de difficultés. Armée de bonnes intentions, j’essaie de les conseiller au mieux pour que nos erreurs servent à d’autres. Je reçois des retours positifs, les couples se sentent compris et pas jugés. Je me rends compte que cela me fait plaisir d’aider mon entourage et d’être utile à la communauté. Je décide alors d’en faire mon métier et entame des études allant dans ce sens.

Je découvre « par hasard » un jeune métier qui émerge… la médiation. C’est une révélation pour moi : une position où je pouvais être neutre, impartiale, non-jugeante et couverte par le secret professionnel. Une position qui me permettait d’aider les couples et les familles en crise qui souhaitaient « rectifier le tir » et se donner une dernière chance.

En 2013, je rejoins l’ancienne équipe du service social du Centre Islamique et Culturel de Belgique, d’abord pour un stage, et ensuite pour tenir des permanences en médiation familiale. J’y reste jusqu’à sa fermeture. Cette expérience a été pour moi une école extraordinaire où j’ai découvert une « face cachée » de la communauté musulmane : une demande énorme pour accompagner des couples musulmans au bord du divorce qui souhaitent (re)devenir heureux.

Au fur et à mesure que les années passent, je m’adapte à la réalité du terrain et me spécialise. La médiation familiale (où le couple essaye de trouver un terrain d’entente après une séparation) m’a orienté vers la thérapie de couple qui m’a menée vers la sexothérapie car très souvent, les problèmes relationnels impactent les relations intimes.

Aujourd’hui je suis médiatrice familiale agréée et sexothérapeute. J’interviens principalement auprès des couples et plus largement auprès des familles en difficulté. Je m’adapte à la singularité de la demande dans le respect du rythme et des ressources de chacune des parties.

J’accompagne les couples de tous âges dans une démarche appuyée sur un réel désir de changement, d’évolution ou de développement. J’aime travailler en collaboration avec d’autres professionnels, experts dans leur domaine, prônant une approche pluridisciplinaire (médiateur, psychologue, imam ou juriste).

Mon cursus et mes formation

Diplômes :

  • Certificat en sexologie clinique – UCL (en cours)
  • Spécialisation d’intervenant en thérapie familiale systémique – CPSE (en cours)
  • Spécialisation en médiation – IRG
  • Bachelier en communication d’entreprise et GRH – IRG

Formation :

  • Certificat en Sexoanalyse - IBS (en cours)
  • Certificat en sexologie clinique – Sexofonctionnelle – F. de Carufel
  • Formation en Psycho-Sexologie Appliquée – FPSA
  • Formation en violences conjugales et intra-familiales – IRG (en cours)
  • Formation en écoute active – ANPA
  • Formation en gestion de conflits – ANPA
  • Formation en médiation familiale auprès de familles musulmanes – KARAMAH EU
  • Formation à la Communication Non Violente (CNV)
lunette L’Union Belge des Médiateurs Professionnels

Souâde est une personne engagée et bienveillante. Elle a de belles capacités d’écoute et d’empathie. Elle peut aborder des sujets tabous avec humour. Elle est ouverte d’esprit et peut travailler avec un public très diversifié, ce qui fait d’elle une intervenante de qualité.
Virginie Leblicq
Psychologue clinicienne, psychothérapeute familiale et systémique, conférencière

Souâde, une sœur avec laquelle j’ai eu l’honneur de travailler plusieurs années, dont les premières au Centre Islamique et Culturel de Belgique. Nous nous occupions des médiations familiales du service social. J’avoue que c’est une personne qui m’a fortement secondé dans mon métier d’imam de par son expérience dans le domaine de la médiation. Elle gère son travail avec beaucoup d’amour, de discrétion et avec une déontologie sans faille. Vu son parcours et son excellence sur le terrain, n’hésitez pas à vous tourner vers elle en cas de difficulté familiale.
Mouhameth-Galaye Ndiaye,
Théologien, conférencier, diplômé de l’université d’Al Azhar en Egypte et de l’université de Liège en Belgique.